« décembre 2017
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 
Centre Medem (Arbeter-Ring)
Centre Medem (Arbeter-Ring)



Ce qui fait sens : 1897-1917-1937-1967-2017*

mercredi 1er novembre 2017


L es générations se reconnaissent et se choisissent dans des événements. L’évènement c’est ce qui marque, ce qui fait sens dans la vie collective. Ainsi nous pouvons évoquer la génération des enfants cachés, celle des baby-boomers de mai 68 ou celle des enfants d’après la chute du mur de Berlin et de l’écroulement du bloc soviétique.

L’année 1897, à cet égard, pour nombre de Juifs, est un événement.
Cette année-là, deux grandes idéologies tiennent leur congrès fondateur : le sionisme politique et le bundisme (auquel la journée du 10 décembre est entièrement consacrée). De plus, c’est le début de la publication en russe des Lettres sur un judaïsme ancien et nouveau de Doubnov, dans lesquelles s’exprime une troisième voie moyenne, une volonté d’autonomisme juif en diaspora, une voie qui persiste à rester d’actualité.

Le Bund, dont le Centre Medem est l’un des héritiers spirituels, n’existe plus en France mais la plupart de ses valeurs méritent d’être conservées, étudiées et diffusées.

Ce n’est donc pas par hasard si le Centre Medem est partie prenante d’une journée sur les diasporas et célèbre les 120 ans du congrès fondateur de l’Algemeiner Yiddisher Arbeter Bund in Lite, Poyln un Rusland.

Ce n’est pas non plus par hasard si le Centre Medem s’intéresse aux migrants ou à la perception du génocide des Arméniens, s’il organise un débat autour de la place de l’homosexualité dans le judaïsme, s’il laisse une place importante à la culture juive, à la mémoire, au commentaire biblique sans oublier les problématiques et les débats qui agitent notre temps : le racisme, l’antisémitisme, l’islamisme, mais aussi les relations internationales ou la situation politique en France.

Il rejoint ainsi les préoccupations culturelles du Bund qui prônait l’insertion des Juifs dans la société globale des non Juifs, avec les mêmes droits civiques, et qui voulait œuvrer en commun pour une société plus juste, tout en gardant sa spécificité juive.

Du point de vue culturel, la partie est gagnée. Chacun peut chaque jour et chaque soir de la semaine suivre une conférence, aller à une exposition, assister à un concert, apprendre une langue juive.

Le Centre, quant à lui, est partenaire de la seizième saison de Jazz’n Klezmer (voir page 6) et coproduit, le 15 novembre au Centre Rachi, le concert exceptionnel d’ouverture de Frank London, Eleanor Raissa et des quatre musiciens qui l’accompagnent (des places à tarifs réduits sont à venir chercher au Centre 52 rue René Boulanger. 75010).

Un mois plus tard, le 16 décembre, le Centre accueille le trio Tauber-Cuniot–Yulzari pour fêter les lumières de Hanouka.

Les lumières, symbole de rationalité et de soif de connaissance.
Puisse également l’année civile qui s’avance vous apporter quelques éclats de l’esprit de l’Aufklärung, de la Haskala, des Lumières.

Léopold BRAUNSTEIN. Président du Centre Medem-Arbeter Ring

* Les Lumières de la Révolution d’octobre 1917 se sont quelque peu ternies. Surtout quand on y associe les dérives centralistes, autoritaires, tyranniques des années suivantes, dont l’année 1937, début de la "Grande terreur" stalinienne.Quant à 1967, il fut un électrochoc pour certains qui se redécouvrirent des origines juives et le début d’une médiatisation à outrance d’un conflit qui n’a pas cessé et qui sert d’alibi à nombre d’extrêmes.


Informations Légales | Plan du site | Espace privé | Dernière mise à jour le : 17 décembre 2017