Nov – déc 2021

Chères amies, chères adhérentes,

Chers amis, chers adhérents,

Tayere khaveyrim,

Je ne voudrais pas crier victoire trop tôt en ce début de saison froide, mais il semble que cette fois, nous sortions de la période de disette sociale et culturelle imposée par la pandémie depuis un an et demie.

Au Centre Medem et partout ailleurs, les spectacles foisonnent. Le festival Jazz’n’klezmer bat son plein en novembre, retrouvant un vrai public. Après la mise en scène d’une pièce traduite du yiddish, La Rue d’Isroël Rabon, à la Cartoucherie, et Guilgoul de Céline Masson au MAHJ puis au Théâtre du Gymnase, Bartabas choisit pour son cabaret le thème de l’exil et la musique klezmer. À Un vivant qui passe de Claude Lanzmann avec Sami Frey, au Théâtre de l’Atelier, succède l’interprétation de la même pièce par Nicolas Bouchaud au Théâtre de la Bastille. Pour le Centre Medem, Laurent Berger joue en public le Journal d’un fou de Gogol, filmé et diffusé sur zoom l’an dernier. Les Marx Sisters présenteront un joyeux concert pour Hanouka, fortes de la réussite du festival Drom’n’klezmer qu’elles ont finalement pu organiser à Dieulefit après deux reports.

Si tout va bien, la cafétéria rouvrira en janvier pour des dînettes conviviales avant les conférences. D’ici là, l’horaire des soirées est avancé à 20h. Tout ou presque reste retransmis par zoom grâce à Bernard Flam et Laurent Berger, qu’ils en soient remerciés. Et il faut continuer, autant que possible, à s’inscrire à l’avance.

Novembre sera aussi le mois des langues et de la traduction. Le yiddish, d’abord avec Rachel Ertel, Judith Ertel et Marcel Bozonnet sur zoom le 9 novembre, puis Batia Baum et Yitskhok Niborski lors de la soirée inaugurale du colloque populaire qui se tiendra – uniquement en présentiel – dans la salle de conférence ultra-moderne d’une jeune entreprise. L’hébreu, le judéo-espagnol, le judéo-arabe et le yiddish encore, pour les tables rondes et ateliers du dimanche 28, au local. Et le russe enfin, car vous pourrez revoir sur notre chaîne youtube la conférence que nous a donnée l’an dernier André Markowicz.

La géopolitique n’est pas en reste, avec des soirées sur les États-Unis, La Chine et l’Algérie – dont il sera de nouveau question en janvier.

Et enfin roulez tambours, le Midrash laïc de François Ardeven reprend, le 6 novembre, avec les Lamentations de Jérémie.

Grand merci à François Ardeven, Lise Gutmann, Denise Panigel, Alexa Gutowski, Dany Lemonnier, Déborah Benarroch, Madeleine Racimor, Michèle Tauber et à tous les bénévoles de la commission culture, pour leur implication dans ce riche programme. N’hésitez pas à proposer votre contribution.

A bientôt donc, au Centre Medem ou par écran interposé. Zayt gezunt, portez-vous bien !

Khavershaft, amitié,

Hélène Papiernik, Présidente du Centre Medem- Arbeter ring