Livres de nov – déc 2021

VIES DEROBEES

Cinzia Leone

Liana levi, 546 pages ; trad. de l’italien

Trois destins de femmes contraintes au renoncement. La première, Miriam, choisit le suicide plutôt que la soumission. Les deux générations suivantes ne prendront pas le même chemin.

A travers ces trois histoires mêlées, l’auteur se penche sur la notion d’identité : qu’est-ce qui fait de nous ce que nous sommes ? Les aléas de la vie ont-ils le pouvoir de nous transformer ?

Un bon roman facile à lire.

LE CAUCHEMAR

Hans Fallada

Folio, 320pages

Hans Fallada (pseudonyme) est mort en 1947 à l’âge de 50 ans. Son chef d’œuvre reste sans conteste SEUL DANS BERLIN. Cependant, Le Cauchemar est de la même veine que l’auteur explore sans fin : comment et pourquoi le nazisme a tant infecté le peuple allemand.

Nous sommes en 1945 et la guerre est finie. Herr Doll et sa femme vivent provisoirement dans une petite ville avant de rejoindre Berlin. Doll se tient en retrait de ses compatriotes, n’ayant jamais été nazi. Il éprouve une très grande désillusion sur eux, qui ne changent pas ; sur sa propre vie sans intérêt. Il sait que les Allemands sont maudits, lui y compris. Sa femme malade est devenue morphinomane, l’entraînant dans sa dérive. Le retour à Berlin s’avère catastrophique. Ses cauchemars lui font vivre l’impasse dans laquelle ils se trouvent. Mais Doll va s’avérer plus solide qu’il ne le pense.

C’est avec beaucoup de finesse et d’acuité que Fallada (lui-même morphinomane) décrit cette population désabusée, appauvrie, hargneuse, si désireuse de survivre ; cette population qui n’a pas encore pris la mesure de l’horreur dans laquelle elle a pris sa part.

Roman sous tension, qui pourrait sembler révoltant à bien des victimes encore vivantes.

LE LIVRE DES HIRONDELLES : Allemagne, 1899-1933

Ernst Toller

Séguier, 2020, 335 pages (+++)

Ernst Toller est un socialiste juif allemand méconnu en France, qui a fini par se suicider en 1939, à New York où il s’était exilé. Toutefois, certaines de ses pièces de théâtre ont été jouées en France.

Né en 1893, convaincu très jeune de l’inutilité des guerres, de l’insolente arrogance des nantis, il a mené des combats sans relâche afin d’aider les plus pauvres, de faire entendre leur voix. Sa lucidité lui a permis de comprendre le double jeu mené par les communistes, mais aussi par ceux qu’il nomme « les socialistes de droite ». Cela signifie qu’il n’avait aucune chance d’instaurer cette véritable république dont il rêvait. Au lieu de cela, trahi par une gauche peureuse, il a passé de nombreuses années en prison.

Dans sa cellule s’était installé un couple d’hirondelles. L’observation de ces oiseaux et de leurs oisillons le réconfortait, lui inspirant des poèmes dont l’un figure en fin d’ouvrage. Lorsque ses geôliers s’en sont aperçus, le nid a été détruit…

Cette autobiographie, écrite avec beaucoup de naturel, de vivacité, est passionnante. Peu d’écrivains ont réussi à démêler les fils inextricables de cette époque qui a mené au nazisme. Son sens politique, son regard distancié mais aussi passionné, son intelligence sans concession font merveille.

A lire sans réserve.

EICHMANN A BUENOS AIRES

Ariel Magnus

éd. De l’Observatoire, 206 pages ; trad.de l’espagnol

Le titre de ce roman laisse à penser que c’est une réponse à l’œuvre de Hanna Arendt. En effet, le point de vue d’Ariel Magnus est très différent. Au départ, le désir d’écrire sur Eichmann vient de la haine de son père à l’égard du bourreau que fut Eichmann. Tout au long de sa vie, Magnus père n’a cessé d’y penser et d’en parler, mais il ne souhaitait pas que son fils écrive un livre sur cet homme si peu humain.

Les sources dont s’est inspiré l’auteur sont assez complètes. Il dresse le portrait d’un homme loin d’être banal. Obsédé par la question juive au point d’apprendre le yiddish, il fut un grand manipulateur dont tous les actes, toutes les paroles, étaient mûrement réfléchis et calculés. Envieux car dévoré d’ambition. Sans le moindre scrupule ni la moindre empathie pour quiconque. Il vécut dix ans en Argentine sous le nom de Ricardo Klement parmi ses acolytes nazis haut-gradés, conscient que le danger d’être reconnu était permanent. La venue en Argentine de sa femme et de ses enfants représenta un danger encore plus grand : en effet, c’est le père d’une camarade juive de son fils qui découvrit sa véritable identité.

On connaît la fin de sa cavale.

L’histoire est assez convaincante. Ce qui pose problème, c’est le style, ou plutôt la traduction. Certaines phrases nécessitent une seconde lecture, il y a nombre de maladresses. La relecture a dû être trop rapide. Dommage.

Et toujours disponible la sélection de septembre – octobre

LA RACE DES ORPHELINS 

Oscar Lalo

Belfond, 279 pages

Ce cri de douleur, cet inlassable questionnement, est poussé par une femme de 76ans. Née coupable d’avoir vu le jour dans un « Lebensborn ». Quasi illettrée, elle fait appel à un scribe afin de témoigner. Hildegard Müller est le nom qu’elle s’est vu attribuer ; qui sont ses parents ? quelle est son enfance ? Née coupable, elle se considère « fille » de Hitler. Ce poids qui pèse sur sa vie, elle ne peut s’en défaire. Les recherches pour connaître sa mère mènent en Norvège. Mais cela n’ôte rien à la haine dont elle est victime ; cette haine qu’elle « sent comme un chien »….

Texte difficile à lire en raison de l’empathie qui nous saisit, face à cette victime de l’Histoire.

DIBBOUKS

Irène Kaufer

L’Antilope, 223 pages

Ce récit déroutant met en scène l’auteure, partie sur les traces d’êtres humains dont les noms sont tabous dans sa famille. Ces malheureux qui n’ont pas de tombe la hantent depuis qu’elle est petite. Comment partir à leur recherche ? Sur les conseils d’une « psychorabbine », elle part afin de se débarrasser une bonne fois pour toute de ses dibbouks.

Tout en racontant son périple et sans se soucier de l’aspect affabulateur, Irène Kauffer pose une regard ironique et pas toujours tendre sur sa famille, sur la rabbine et sur elle-même. Si bien que l’atroce côtoie le rire.

Ne cherchez surtout pas à saisir le fil d’Ariane : il n’y en a pas.

LES ABEILLES D’HIVER

Norbert Scheuer

Actes Sud,  356 pages

Ce roman inclassable raconte la vie d’un apiculteur allemand, Egidius Arimond, dans les années 1943-44. Il habite dans un village proche de la frontière belge, en essayant de subsister comme il le peut : démis de ses fonctions de professeur de latin et d’histoire, en butte à l’hostilité des villageois, il sert aussi de passeur à des juifs fuyant l’Allemagne. Il est jeune mais n’a pas été enrôlé dans l’armée en raison de ses crises d’épilepsie. Ces crises risquent du reste de le mener directement dans un centre de mise à mort des handicapés. Cela ne l’empêche nullement de courir après les jeunes femmes esseulées dont les maris sont au front. Voilà pour l’intrigue.

Sur cette histoire viennent se greffer des remarques, des textes parfois poétiques de deux ordres : d’une part sur la vie des abeilles que nous apprenons à connaître dans les moindres détails ; d’autre part sur l’un de ses ancêtres, Ambrosius Arimond, lequel aurait été le premier apiculteur de la famille, installé en l’an de grâce 1492. Egidius a entrepris de traduire des fragments de texte de son supposé ancêtre, relatifs à la vie de son temps. Sans perdre le fil, nous naviguons dans le journal d’Egidius sans savoir s’il va survivre. Il va ainsi son bonhomme de chemin, attentif à tous les dangers, jusqu’à la page finale.

Livre original bien écrit et traduit.

Heureux comme un juif en France? : réflexions d’un rabbin engagé

Yann Boissière

Tallanddier, 156 pages

Le rabbin Boissière fait partie de ces gens de bonne volonté pour lesquels la paix et la sagesse doivent prévaloir. Cela ne l’empêche nullement de donner un avis clair sur les difficultés à vivre ensemble, en particulier au côté des musulmans de France. C’est l’un des points principaux abordés, sans naïveté ni agressivité. Certaines formules heureuses viennent montrer que tout ne va pas de soi ; qu’il est bon de revenir à la raison ; que les juifs doivent eux aussi faire la part des sentiments.

Un court essai utile, écrit dans une langue limpide.

MONSIEUR ROMAIN GARY

Kerwin Spire

Gallimard, 324 pages

Le titre exact du livre comporte la mention suivante : « Consul général de France, 1919 Outpost Drive Los Angeles28, California ». De fait, l’auteur a mené une enquête très poussée sur la vie de Romain Gary à Los Angeles, en tant que Consul général de France. La note que son supérieur hiérarchique lui a attribuée est de 18/20. En effet, Romain Gary a accompli un travail remarquable pour redorer le blason de la République française auprès des Américains. Compagnon de la Libération auréolé de gloire, son amour inconditionnel pour la France (et pour le Général de Gaulle) a fait merveille. Il a travaillé sans relâche, côtoyant tous les milieux « qui comptent », y compris celui du cinéma. Son élégance, sa distinction, son sens politique ont fait l’admiration de tous.

Mais il y a plus : durant toute cette époque, il a beaucoup écrit, obtenant le prix Goncourt pour son roman « Les racines du ciel ». Ce livre a eu un immense succès aux Etats-Unis. (John Ford sera engagé pour en tirer un film).

Kerwin Spire précise dans une note qu’il ne s’agit pas d’une véritable biographie.

Ce livre, venant après d’autres biographies sur Gary, est très intéressant et agréable à lire, nous dévoilant une facette peu connue de Romain Gary.

Et aussi les anciennes sélections de la bibliothèque